Automnales 2019

L’exposition saisonnière organisée par la ville et Marc Robert a rencontré un réel succès en novembre avec douze artistes de renom. Vous avez aimé :

photos : Bernard Talmon

 

Les sculptures animalières de Lise Zambelli 

Après une première exposition en 2015 aux côtés du peintre créçois Naip, la timide Lise Zambelli a pris une belle assurance. Pianiste de formation, l’artiste travaille la céramique depuis quinze ans pour dénoncer le précaire destin d’animaux en voie d’extinction. Beaucoup de poésie et de pudeur se rassemblent dans ses ours polaires et ses primates au regard affligé. Elle exposera prochainement au musée Tzaritsyno de Moscou et à l’Ile Maurice.

Le mariage des huiles d’Adam et du « wire art *» d’Amimono 

Depuis leur exposition commune en 2018 à Crécy-la-Chapelle, les deux artistes s’amusent du contraste entre les aplats couleurs des huiles d’Adam et les sculptures filaires monochromes d’Amimono. Quand la « rêverie du Luxembourg » du sculpteur côtoie les sémillantes « Sandales » d’Adam, Paris au mois d’août n’est pas loin. Seul ou dans la foule, l’homme (ou la femme) demeure au centre de leur propos. Ces deux-là revisitent notre vie quotidienne avec éclat, entre ombre et lumière.

*sculpture filaire

« La rencontre » d’Orphie du Ligor 

La rencontre d’Orphie du Ligor avec la créatrice de robes Zélia à Montmartre a donné naissance à des huiles aux lignes ultra-féminines et douces comme « la rencontre », réalisée au couteau, sa technique de prédilection. Attachante, la flamboyante Orphie aime les belles lignes et la convivialité : elle peint à leur demande les voitures et les chats de ses amis, mais aussi des modèles vivants d’une grande pureté. L’artiste autodidacte se perfectionne encore et toujours aux côtés de ses compères de l’atelier du Figuier de la rue Serret, dont elle fut l’une des initiatrices en 2009.

Hubert Magnier sens dessus dessous 

« Il faut peindre à l’envers, d’abord les premiers plans, puis les fonds ». Travailleur infatigable, Hubert Magnier explore cette fois la technique sur plexiglas « pour sa modernité ». L’avant-gardiste aime faire évoluer sa peinture au rythme des progrès technologiques, industriels et architecturaux. Le résultat est saisissant, avec des œuvres de plus en plus pures, synthétiques, spontanées.

La discographie d’Alain Guillotin Photo

On attendait des chevaux, Alain Guillotin nous surprend avec un nouveau thème : la musique. Et toujours, des sculptures mouvantes issues de matériaux de récupération : son « envolée de notes » répond à « pop clavecin », et quand la musique lui tape sur les nerfs, il peint « à la folie », acrylique dérangeant.

Si vous avez manqué les Automnales :

Retrouvez les œuvres d’artiess des Automnales  à l’atelier du Figuier – 7, rue Serret à Crécy-la-Chapelle

Catalogue de l’exposition à venir ( avec les artistes Annakalo, Dany L., Françoise Hannequin, Michel Levy, Toshio Matsuda, Naip)